Spécial Gonaïves

 

Une grave inondation a frappé la ville des Gonaïves en Haïti dans la nuit du 18 au 19 septembre 2004

 

En photos /  Parrainage de la famille St-Cloud

Parrainages scolaires de secours  /  Micro projets  /  Bilan

 


 

En photos

 

(Reçues par courriel, de source inconnue)

 

.

 

Parrainage de la famille St-Cloud

 

L'implication du Réseau Compassion International face aux victimes de cette inondation

a commencé avec la visite de Camélo St-Cloud au Wall's International Guest House.

Comme il me connaissait pour avoir déjà assisté à l'un de mes séminaires,

il est venu me demander secours pour une partie de sa famille rescapée... aux Gonaïves.

 

Voici la lettre qu'il m'a écrite :

 

Demande urgente d'intervention consistant en aide alimentaire, assistance financière pour l'achat de matériel scolaire et frais de scolarisation pour mes quatre enfants à Port-au-Prince.

Mes frères et mes soeurs, amis dans le Seigneur, je vous salue dans le nom précieux de Jésus.

Dans la nuit du 18 au 19 septembre 2004 aux Gonaïves, ville domicile où mes activités écnomiques s'étendent, se trouve ravagée par le cyclone Jeanne. Compte tenu de la situation écologique qui s'est produite dans la ville et aux différents départements du pays (le Nord et le Nord-Ouest d'Haïti) une catastrophe a causé beaucoup de pertes de vies humaines et des biens. Parmi les sinistrés, je suis complètement frappé...

Par rapport à l'absence des bonnes écoles secondaires dans le milieu rural, d'habitude, les habitants du Bas-Nord'Ouest, précisément Dos-d'Âne, quand les enfants viennent à terminer leurs études primaires se rendent aux Gonaïves, qui est un département voisin de Dos-d'Âne, pour poursuivre leurs études. Ainsi, je me suis domicilié aux Gonaïves pour assurer l'éducation de mes enfants, menant des activités commerciales pour subvenir à nos besoins. Je suis marié, père de huit enfants. Quatre ont été avec moi aux Gonaïves et les quatre autres avec leur maman à Dos-d'Âne... Donc, je suis ambulant... Je suis technicien agricole, génie civil, économiste. J'ai passé cinq années à la Care International aux Gonaïves, comme technicien dans les activités routières, assainissement, travaux d'infrastructure, lutte contre l'érosion, conservation de sol et reboisement, 1994-1999. Depuis lors, pour combler mes besoins, à l'aide d'un prêt GRAF et ACME, des institutions financières à structure économique : 3 % mois qui me permet de renforcer mes capacités commerciales en vendant des appareils électroniques, pièces d'autos, pneus de voiture, fils électriques, etc.

Malheureusement, tous sont dispersés au passage du cyclone. Heureusement aussi, ma vie et celle de mes enfants sont gardées. Dieu merci ! Quand je réfléchis sur ma vie, je ne peux pas évaluer combien de temps serait-il pour retourner à la normale avec les dettes, les enfants qui pourront aller à l'école chaque année. Franchement, à chaque fois que je réfléchis sur ma situation, un stress veut m'envahir. Je me ressaisis dans l'Esprit à l'instant. C'est ainsi que je suis rentré à Port-au-Prince pour repenser pour mes enfants qui malgré tout ont été inscrits au Collège Adventiste des Gonaïves, qui ont déjà payé les frais de scolarité... Tout ont perdu, ou l'eau a complètement emporté toutes les pièces en terme d'identification. Maintenant arrivé ici, je maintenus des contacts avec des professeurs pour m'aider, et j'ai trouvé des demi-bourses pour eux dans des écoles différentes... Je n'ai aucun moyen pour payer pour les enfants. "Vaut mieux voir trouble, au lieu d'aveugle !"... Si j'arrive à trouver un travail à la fois pour reconstruire ma vie se serait mieux pour moi... En Haïti, le travail ne  donne pas aux personnes qualifiées mais confié à des amis. C'est pour cette raison que malgré mes qualifications, je préfère investir dans le commerce, qui malheureusement tombe à la dérive.

Pas de place dans les écoles publiques qui malheureusement trop tard parce que la réouverture des classes a été fixée pour le 13 septembre. C'était déjà fini et ensuite, on n'a pas pris des enfants dans la classe intermédiaire... Tout ça diminue la chance d'entrer mes enfants à l'école publique. Si Dieu a gardé nos vies, il sait aussi le chemin du désert.

Voici le tableau et liste de dépenses pour l'année scolaire...

(Suit un tableau détaillé des besoins pour chacun des quatre enfants arrivés à Port-au-Prince : frais d'entrée, frais mensuels, frais de transport, matériel scolaire, uniforme, frais de nourriture... pour les neuf prochains mois :

   Atta-El-Roy, née le 8 janveir 1988, en classe de 9ème fondamentale,

   Béatrice, née le 9 août 1990, en classe de 8ème fondamentale,

   Robert, né le 21 juillet 1992, en classe de 6ème fondamentale,

   Asser, né le 20 juin 1993, en classe de 6ème fondamentale.

Pour un total d'environ $ 2 000 canadiens...)

Il faut souligner que je suis complètement désastreux même pour payer les dettes que j'ai avec la banque de crédit. Votre contribution me serait utile sous quelque forme que ce soit. Je suis prêt à participer à toutes vos activités autant que vous jugez nécessaire...

Espérant aussi que ma demande retiendra votre attention et que vous pencherez aussi à mon cas, merci à l'avance en vous laissant la paix, la paix, la paix de Dieu soit avec vous. Mes salutations distinguées.

Bien à vous,

St-Cloud, Camélo


Par un hasard "divin" une Québécoise de passage en Haïti m'avait laissé un sac de vêtements à donner à ma discrétion, quelques jours avant le passage de Camélo !...

 

Quelle ne fut pas la joie de Camélo et de sa famille d'ouvrir le 'fameux' sac et d'y découvrir un morceau de linge convenable pour chacun !...

 

Y compris madame St-Cloud qui était venue avec son mari et ses enfants me rendre visite le dimanche après-midi, suite à ma première rencontre avec Camélo !...


 

Rangée derrière : Asser, Camélo et Robert

Rangée devant : Béatrice, la maman et Atta-El-Roy

 

 

 


Grâce à la générosité d'une autre Québécoise également de passage en Haïti et à qui j'ai présenté la requête de Camélo, il a pu inscrire ses quatre enfants plus âgés dans différentes écoles privées de Port-au-Prince.

 

En plus, le soutien d'une église du Québec permettra le soutien complet des quatre enfants de Camélo pour l'année scolaire 2004-2005

 

Un geste bien modeste, vu à l'ampleur des dégâts qui se sont produits aux Gonaïves en septembre 2004... Un geste de solidarité quand même, faisant de Camélo, de son épouse et de leur quatre enfants... des gens heureux et reconnaissants envers le Réseau Compassion International... et envers Dieu !

Montant alloué à ce parrainage familial : $ 2 000 CAD

Micro projet de commerce de farine en gros : $ 250 CAD

 

Haut de page

 

Parrainages scolaires 2004-2005

 

Quoique le Réseau Compassion International ne fait généralement pas de parrainage d'enfants,

nous avons été conduits à reproduire l'aide apportée à la famille de Camélo

à d'autres familles éprouvées... réfugiées à Port-au-Prince...

Et ce, grâce à la réponse favorable d'amis et partenaires du Réseau Compassion International

nous spécifiant leur désir d'aider dans ce sens !...

 

Enfants parrainés à Port-au-Prince au niveau de leur scolarité 2004-2005

 

Giordany

Il a perdu son père et sa mère.

Il est pris en charge par sa tante Jocelyne.

Esther

Soeur de Giordany...

Elle est prise en charge par sa tante Jocelyne.

Junette

Cousine des deux précédents, elle a perdu sa mère monoparentale.

Elle est prise en charge par sa tante Jocelyne.

Wilkens

Il a perdu sa mère monoparentale.

Il est pris en charge par sa grand-mère Gladys.

Djoulissa

Marie-Jeanne Féminé a tout perdu et se retrouve seule avec ses trois enfants...

Suzanne

La famille a tout perdu...

Béatrice

Sa famille a tout perdu...

 

Montant alloué aux parrainages scolaires : $ 1 754.00 CAD

 

Haut de page

 

Micro projets

 

Étant donné que les secours d'urgence aux gens des Gonaïves sont déjà pris en charge par de nombreux organismes...

et suite à d'autres dons confiés au Réseau Compassion International pour les gens des Gonaïves,

nous avons "investi" dans des projets à long terme... Entre autres :

 

Aide au Collège Élim des Gonaïves fréquenté par près de 300 étudiants

L'aide vise essentiellement

au paiement des salaires des enseignants

pour compenser le manque à gagner des parents

pendant des mois...

Depuis longtemps, le Réseau Compassion International

apporte un soutien au Collège Élim des Gonaïves

et à son administratrice-fondatrice, Mme Roseline Corvil.

                 

      Le Collège Élim des Gonaïves           Roseline Corvil

Montant alloué au Collège Élim : $ 1 934.00 CAD

 

Micro projet de Production Agricole

En collaboration avec l'Université Queensland :

 

Production Agricole et Expérimentale

procurant de l'emploi à trois agronomes victimes

des Gonaïves avec leurs familes...

 

Entre autres productions :

produits maraîchers, plantules en vue de la reforestration

et de la production d'arbres fruitiers (mangues, ...), etc.

 

Le financement inclut :

la location d'un terrain pour cinq ans,

l'achat de matériel et semences de départ,

le soutien aux ouvriers pour trois à six mois,

la formation aux techniques des BRF (1), etc.

 

(1)  (bois raméo-fragmenté).

Voici ce que m'écrivait à ce sujet Stéphane Hamptaux, spécialiste des BRF et membre du Conseil d'administration du RCI : "... tu peux trouver de l'information "générale" sur le site www.aggra.org mais, cette information n'est pas à jour et énonce des règles de fonctionnement pour les pays tempérés comme le Québec ou l'Europe. Ce site existe depuis une dizaine d'années et n'a jamais été corrigé et mis à jour par rapport aux travaux d'adaptation de la méthode des BRF pour les pays tropicaux...

Le propriétaire du site est Benoît Noël. Il travaille actuellement à l'Université de Liège dans le cadre de travaux de recherches et d'adaptations de la méthode des BRF.  Nous travaillons actuellement ensemble dans le but de refaire ce site et de le présenter en deux volets; un pour les pays tempérés et un autre pour les pays tropicaux. Les travaux que nous avions faits à Madagascar étaient les premiers du genre pour l'adaptation et la transposition sur le terrain de cette méthode..."

 

Benest Dorsainvil, Jean-Philippe Samuel

et Jean Mulâtre au champ,

les trois agronomes bénéficiaires du soutien du RCI.

 

Janvier 2005 : Petit à petit, le travail avance !...

Une clôture est posée pour éviter l'invasion par les animaux...

Du composte est mis dans les sillons des plattes-bandes de semis...

Ça pousse... tranquillement (par manque de pluie) : tomates, carottes, piments, betteraves, etc.

 

Les bénéficiaires de ce projet disposent maintenant d'un champ leur permettant de subvenir à leurs besoins

et à celui de leurs familles de façon permanente...

Parallèlement, l'Université Queensland dispose d'un champ permettant à ses étudiants en agronomie

de mettre en pratique ce qu'ils apprennent en classe...

Montant alloué à ce projet de production agricole : $ 4 324.00 CAD

 

Autres micro projets

De nombreuses familles de la région de Dos-d'Âne (à l'ouest des Gonaïves) ont été sinistrées...

Le pasteur Beaubrun, président de l'Association Évangélique du Bas-Nord-Ouest (AEBNO) est venu chercher secours auprès du Réseau Compassion International. Connaissant ce pasteur pour avoir fait des séminaires chez lui, (Voir Mission 2002) nous lui avons donné :

$ 771.50 CAD pour distribution d'huile à quatre reprises à 25 familles éprouvées (118 personnes), dans un projet de distribution alimentaire conjoint avec d'autres organismes);

$ 1 230.00 CAD pour la mise en place d'un micro projet de production et vente de cassaves au bénéfice à long terme de ces mêmes familles.

Montant alloué à l'AEBNO : $ 2 001.50 CAD

 

 

Achat d'une machine à coudre pour permettre

à M. Méus de reprendre son métier de tailleur...

 

 

 

Achat de provisions alimentaires pour permettre

à Mme Féminé (monoparentale) de développer son activité commerciale

afin d'être en mesure de maintenir ses trois enfants à l'école...

 

Etc.

 

Bilan des sommes reçues et versées

(21 avril 2005)

Sommes reçues

 

Fond général : $   9 877.15 CAD

Parrainage :     $   3 754.00 CAD

Total :             $ 13 631.15 CAD

Sommes versées

 

Fond général : $   9 877.15 CAD

Parrainage :     $   3 754.00 CAD

Total :              $ 13 631.15 CAD

Solde

 

$ 0.00

$ 0.00

$ 0.00

 

Un merci très sincère à tous ceux et celles qui nous ont permis de rendre cette aide possible ! Mèsi anpil !

 

Haut de page