Jésus,

le disciple et les richesses 

 

Introduction   Table des matières   Disponibilité du document

 

Introduction

 

(extraits)

 

Après plus de trente années de marche avec Dieu, de réflexion et de prière,

j’ai publié ce document dans le seul but d’aider mes frères et soeurs dans la foi

à vivre en véritables disciples de Jésus, non pas selon les principes des hommes,

non pas sous la loi des ordonnances que Christ a anéantie par Sa chair (Ep 2.15),

mais selon les principes de Dieu, dans la grâce et la vérité, dans la libéralité et la joie véritable.

Car la loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ (Jn 1.17).

Oui la loi (mosaïque) a été donnée aux Israélites afin de leur servir de pédagogue (Ga 3.23-24) jusqu’à la venue de Jésus

qui l’a parfaitement accomplie (cf. Rm 10.4-5). Je crois profondément que c’était bien là la signification de cette parole

qu’Il a prononcée sur la croix : Tout est accompli (Jn 19.30).

parole confirmée par la déchirure du voile du temple au moment même où Il rendit l’esprit,

ce dont témoignent les trois évangiles de Matthieu, de Marc et de Luc :

... le voile du temple se déchira en deux, depuis le haut jusqu'en bas,... (Mt 27.51 = Mc 15.38; Lc 23.45)

Ainsi, depuis la mort expiatoire de Jésus (1 Jn 2.1-2), nous, Ses disciples,

ne sommes plus sous la loi (des ordonnances mosaïques)

qui n’a rien amené à la perfection (Hé 7.19) mais sous la loi de Christ (1 Co 9.21)

que l’apôtre Paul résume en cette simple formule dans son épître aux Galates :

Portez les fardeaux les uns des autres, et vous accomplirez ainsi la loi de Christ (Ga 6.2).

C’est dire que les disciples de Jésus n’ont pas à payer une dîme quelconque

pour se conformer à une loi quelconque (remettant à Dieu ce qui Lui appartient, selon le discours de certains...)

mais à vivre par la foi qui se manifeste nécessairement en amour du prochain

et en libéralités de toutes sortes envers les frères et soeurs, comme le souligne l’apôtre Paul aux Galates.

Car, en Jésus-Christ, ni la circoncision ni l'incirconcision n'a de valeur (ni la dîme, ni le sabbat,...),

mais la foi qui est agissante par la charité (Ga 5.6).

Si Paul affirme que l'homme est justifié par la foi, sans les oeuvres de la loi (Rm 3.28)

il fait évidemment référence aux oeuvres de la loi mosaïque des ordonnances

(dîmes, sacrifices, circoncision, sabbat, etc.) n’étant nullement en contradiction avec Jacques

qui précise bien que la foi sans les oeuvres est inutile (Jc 2.20),

ce dernier précisant que comme le corps sans âme est mort, de même la foi sans les oeuvres est morte (Jc 2.26).

Ces oeuvres étant clairement définies par Jean dans sa première épître :

Nous avons connu l'amour, en ce qu'il a donné Sa vie pour nous;

nous aussi, nous devons donner notre vie pour les frères.

Si quelqu'un possède les biens du monde, et que, voyant son frère dans le besoin,

il lui ferme ses entrailles, comment l'amour de Dieu demeure-t-il en lui ?

Petits enfants, n'aimons pas en paroles et avec la langue,

mais en actions et avec vérité (1 Jn 3.6-18).

C'est ici Son commandement : que nous croyions au nom de Son Fils Jésus-Christ,

et que nous nous aimions les uns les autres, selon le commandement qu'Il nous a donné.

Celui qui garde Ses commandements demeure en Dieu, et Dieu en lui;

et nous connaissons qu'Il demeure en nous par l'Esprit qu'il nous a donné (1 Jn 3.22-24).

Ne ressort-il pas clairement du Nouveau Testament que les disciples de Jésus se situent dans une autre alliance,

scellée par le sang même de Christ, une alliance nouvelle maintes fois mentionnée :

De même, après avoir soupé, Il prit la coupe, et dit : cette coupe est la nouvelle alliance en Mon sang;

faites ceci en mémoire de Moi toutes les fois que vous en boirez (1 Co 11.25; cf. Lc 22.20).

De quel pire châtiment pensez-vous que sera jugé digne celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu,

qui aura tenu pour profane le sang de l’alliance, par lequel il a été sanctifié, et aura outragé l’Esprit de la grâce.

... Jésus qui est le médiateur de la nouvelle alliance,... (Hé 12.24 Hé 10.29).

Mais maintenant Il (Jésus) a obtenu un ministère d’autant supérieur

qu’Il est le médiateur d’une alliance plus excellente,

qui a été établie sur de meilleures promesses... Si la première alliance avait été sans défaut,

il n’aurait pas été question de la remplacer par une seconde... (Hé 8.6-10)

Jésus a inauguré une autre alliance, une nouvelle alliance avec ses propres lois et ses promesses...

Il a offert aux hommes un vin nouveau pour lequel il a préparé des outres neuves :

On ne met pas non plus du vin nouveau dans de vieilles outres; autrement, les outres se rompent,

le vin se répand, et les outres sont perdues; mais on met le vin nouveau dans des outres neuves,

et le vin et les outres se conservent (Mt 9.17).

... il faut mettre le vin nouveau dans des outres neuves (Mc 2.22 = Lc 5.38).

Trop souvent, et aujourd’hui encore, certains chrétiens raisonnent comme au temps de Jésus

et restent attachés à leur vieux vin (leurs vieilles habitudes, leurs premières manières de voir et de penser,

le premier enseignement qu’ils ont reçu... même évangélique !)

et résistent au changement-renouvellement de l’intelligence nécessaire

pour revêtir l’homme nouveau créé selon Dieu - cf. Ep 4.18-24).

Plutôt que de s’ouvrir et de savourer le vin nouveau que Jésus est venu nous offrir,

ils raisonnent comme Il l’a constaté et dénoncé :

Et personne, après avoir bu du vin vieux, ne veut du nouveau, car il dit : le vieux est bon (Lc 5.39).

Quelle est donc l’originalité singulière de l’enseignement de Jésus ?

Quelle est donc cette sagesse d’en-haut qu’Il est venu introduire dans notre monde.. pour Son Église ?

Quels sont ces principes de glorieuse liberté des enfants de Dieu (cf. Rm 8.21)

qu’Il nous offre encore et toujours dans la nouvelle alliance ?

        C'est pour la liberté que Christ nous a affranchis.

        Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude

        (qu’il soit celui de la circoncision comme ici dans le contexte, ou celui du sabbat,

        ou celui de la dîme dont Paul ne parle jamais comme d’une ordonnance de la loi de Christ ! - Ga 5.1).

 

En vivant selon les principes de Christ :

Plongeons les regards dans cette loi parfaite, cette loi de liberté que l’on trouve dans les paroles de Christ

et les autres textes du Nouveau Testament. Ancrons-y nos pensées, les gardant captives à l’obéissance à Ses^principes.

C’est ce que je vous propose dans les pages qui suivent où j’ai relevé et commenté :

 

    - les passages des évangiles de Matthieu et de Luc où Jésus nous introduit aux règles du royaume de Dieu    

      et où Il nous présente les marques d’un véritable disciple...

    - les passages des Actes, des Épîtres et de l’Apocalypse où nous voyons comment ses disciples ont compris,

      véhiculé et traduit Son enseignement dans leur vie de tous les jours :

 

Richard R. Ouellette, 2005

 

Table des matières

 

Introduction

 

Jésus et les richesses

      Évangile de Matthieu

      Évangile de Luc

 

Le Disciple et les richesses

      Actes

      Épîtres

      Apocalypse

 

Conclusion

 

Annexe I    Loi & Foi

Annexe II   Les Alliances de Dieu avec les hommes

Annexe III  Quelques citations d’auteurs

Annexe IV  Investir mes richesses injustes dans le Royaume de Dieu 

                   (version imprimable)

 

"Père, fais que je devienne faible

pour que je cesse de me cramponner aux choses passagères.

Que je perde l’amour de ce qui me fait plaisir.

Combien souvent n’ai-je pas relâché mon étreinte,

mais tout en retenant pourtant ce qui me plaisait le plus,

et que j’aimais en secret.

Jésus n’a pas considéré le ciel, ni même d’être égal à Dieu,

comme une proie à arracher

Qu’ainsi, je relâche mon étreinte." 

Jim ELLIOT (cf. Ph 2.4-11).

 

Introduction   Table des matières  Disponibilité du document

 

Haut de page